Mairie de Lorges
10 Place de la Mairie
41370 Lorges
Tel.: 02 54 87 43 01
Fax.: 09 71 70 31 50

Patrimoine


Eglise Saint Martin de Lorges

Le Prieuré-Cure de SAINT MARTIN DE LORGES fut fondé en 1035 par les religieux bénédictins de l‘Abbaye de PONTLEVOY, nouvellement érigée à cette époque. Il est fait mention de cette église dans une bulle du Pape Lucien, datée de 1144.

Cette église dans la pure tradition de la légende de SAINT MARTIN fut construite sur un léger promontoire, dominant une source connue et fréquentée à l’époque gauloise

 

            Était-ce la seconde église ?

            Ce fut en tout cas, le premier édifice construit en dur. L’église primitive pouvait n’être qu’une chapelle en bois, du fait de la proximité de la forêt.

           C’est Jacques de MONTGOMMERY, devenu seigneur de Lorges (1488 - 1562) qui fit reconstruire l’église de LORGES dans son état actuel (1540 - 1551). Gentilhomme de la Cour, il fut grand ami des Rois de France et deviendra capitaine de la Garde écossaise d’Henry II.  En 1521, le jour des rois à ROMORANTIN, il  blessa le futur roi FRANCOIS 1er au visage, avec un tison enflammé.

            Agrémentant le bâtiment d’un porche de pur style renaissance, et de colonnes ioniques, il fit aménager en 1544 les fonds baptismaux et dota la chapelle seigneuriale d’un autel et d’un retable.

            Cette église paroissiale, dédiée à SAINT MARTIN, faisait partie de l’Archidiaconé de BEAUGENCY et du diocèse d’ORLEANS, aujourd’hui du doyenné de MARCHENOIR et du diocèse de BLOIS.

Description.

            L’église se compose d’une grande nef, d’un collatéral, d’un clocher à l’extrémité occidentale de la nef et d’une chapelle seigneuriale.

           -La grande nef, jadis plus élevée, était couverte d’un beau lambris qui, tombé en ruines, fut remplacé en 1858, sous le ministère de l’Abbé NOIRET (1843 - 1881), par une voûte d’ogives en briques et plâtre. Quelques retombées de cette voûte sont supportées par des culs-de-lampe dans  le style du XVème siècle.

- Le collatéral était, dès sa construction, couvert de voûtes d'ogives qui semblent encore très solides. Il est éclairé par trois fenêtres en plein-cintre et à meneaux rayonnants qui les apparentes à l'architecture de la Renaissance.

- Le clocher, très oblique par rapport à la nef, est revêtu de vastes arcatures qui sont certainement postérieures au reste de l'église.

- La chapelle seigneuriale présente une voûte d'ogives à liernes et tiercerons.

Les nervures aux profils "Renaissance" retombent sur de petits culs-de-lampe qui supportent les angelots et la coquille SAINT JACQUES des armes des MONTGOMMERY.

Au centre une magnifique clef pendante, couverte de sculptures, relie chacun des huit arcs qu'elle réunit. Elle est entourée de niches séparées de pilastres à arabesques où de charmantes statuettes sont renfermées. Au-dessus une rangée de gracieuses petites têtes qui entourent la clef et surmontent une couronne de feuillage. La face intérieure de cette clef est frappée de l'écu des MONTGOMMERY qui surmonte un heaume.

A l'intersection des liernes et des tiercerons, quatre petites clefs pendantes reproduisent la même disposition.

- L'autel est entièrement en pierre. Sa partie inférieure est divisée en quatre panneaux. Deux renferment des trophées d'armes, un troisième est frappé aux armes des MONTGOMMERY et SULLY. Vers 1540, Jacques de MONTGOMMERY avait épousé en seconde noces, Suzanne de SULLY.

C'est l'autel de tous les Saints. On peut y faire, ou y faire faire, une neuvaine ou "voyage" pour invoquer la guérison de certains maux par un Saint. Par exemple, Saint MARCOU pour les humeurs froides.